Accueil > Séjour > Promenades

Promenades dans la région de GUELMA

La région de Guelma possède un riche patrimoine très varié permettant de faire d’agréables promenades. L’éventail très large est de nature à satisfaire tous les goûts.



1. Le rocher gravé :

Le rocher gravé

C’est le premier site à mentionner en dehors de la ville. Il se trouve à Khanguet el Hadjar. On peut y accéder par le chemin de Fedj Dhib qui s’embranche, près de Kef M’chettob, sur la route reliant Sellaoua à Aïn Makhlouf ; comme on peut y parvenir par la nouvelle route menant à Aïn Ghorab à partir de la RN 20 entre Ras el Akba et Oued Zénati, entre les PK 56 et 57.

Lire plus
Haut de page


2. Les nécropoles dolméniques :

Dolmens de Roknia

Celle de Satha dans la commune de Roknia ( Daïra de Hammam Debagh ) a été qualifiée de la plus célèbre de l’est du pays. On y accède par la route conduisant à la station thermale de Meskhoutine pour prendre, après, la route de Roknia et, avant d’arriver au chef-lieu de commune ...

Lire plus
Haut de page

3. Les haouanet :

Les haouanet

Appelés également hypogées ou encore caveaux funéraires creusés dans le roc, ils occupent le flanc de la falaise bordant, à l’ouest, le plateau de Satha ( dans la commune de Roknia et dont il a été déjà question.) et surplombant à pic le lieu où se forme l’oued Rouknia du fait de la confluence des oueds el Graar et Douakha ...

Lire plus
Haut de page


4. Thibilis (Announa) :

Ruines de Thibilis

... C’est un vieux centre libyque ( comme en témoigne une inscription trouvée sur le site d’après Bernelle ), et il a connu une évolution administrative en commençant par être un pagus romain dépendant de la colonie de Cirta et formant « une quasi commune », car, si Calama se trouvait en Afrique proconsulaire, il était situé en Numidie, à proximité de la frontière provinciale...

Lire plus
Haut de page

5. L’antique Thabarbusis :

L’antique Thabarbusis

... Une inscription du 4e siècle témoigne que la cité était commune romaine. Un grand nombre d’inscriptions libyques a été livré aux archéologues, au 19e siècle. Des inscriptions néo-puniques ont été, également, obtenues, précédemment, et continuent à affleurer sur le sol de la nécropole, surtout, quand un peu de terre est emporté par les eaux de pluie. Des stèles apparaissent souvent, également. En accord avec l’antenne archéologique ( de notre wilaya ), les pièces, ainsi mises à nu, sont récupérées et groupées au centre culturel de Bendjerrah...

Lire plus
Haut de page


6. Guelaat Bou Atfane :

Guelaat Bou Atfane

Pour se rendre sur place, il convient de passer par Aïn Larbi, le visiteur ayant le choix entre la voiture ou le car comme précisé précédemment, ( cf. dolmens de la région de Chéniour ). Les vestiges ont fait partie, en vue de leur classement, des travaux de la Commission wilayale d’archéologie, des monuments historiques et sites naturels le 24/10/1997 et de la Commission nationale des monuments et sites, deux mois après, jour pour jour...

Lire plus
Haut de page


7. La piscine romaine :

La piscine romaine

... un grand bassin circulaire de 35 m de diamètre avec une grande bordure en pierres de taille d’une largeur d’un mètre. Avant les travaux d’hydraulique renforçant l’alimentation urbaine, le site recevait, dans 2 petits hémicycles, l’eau tiède ayant une température de 30°, pour celui à l’ouest, et l’eau froide pour celui se trouvant un peu plus au nord. L’écoulement du trop-plein allait alimenter un petit ruisseau par l’ouverture du SE, en direction des jardins d’Héliopolis...

Lire plus
Haut de page


8. L’antique Zattara :

L’antique Zattara

...L’emplacement de ce qui était une ville est longé à l’ouest par l’oued Bou Mia ( où déverse ses eaux chaudes la source sulfureuse de Hammam Roumia, jadis aménagée ). L’éminence sur laquelle est située la civitas présente des escarpements rocheux sur deux flancs. L’une de ses inscriptions mentionne le forum, un portique et des rostres. Une enceinte byzantine, dont on voit encore un pan, bordait l’aire bâtie de trois côtés...

Lire plus
Haut de page


9. Les vestiges d’Ascours :

Les vestiges d’Ascours

... Les ruines d’Ascurus, envahies par l’extension des constructions, comportent un fortin de type byzantin de plus de 24 m sur 6 environ, en pierres de taille avec des citernes dans le sous-sol. On a trouvé dans le cimetière des stèles figurées. Parmi les inscriptions d’Ascours qui ont été publiées, l’une est libyque, la 2e est néo-punique et les autres sont latines...

Lire plus
Haut de page


10. Ksar Takouk :

Ksar Takouk

... Un fortin d’environ 15 mètres sur 8, conservé à l’ouest jusqu’à une hauteur de 8 m, a la porte cintrée. Construit à un endroit très haut et qui est une arête qui va du djebel es-Sada ( que l’on voit des ruines d’Announa, à l’ouest ) à Bordj Sabath, il permet au visiteur des vues très étendues. Un escalier d’accès taillé dans le roc y menait. Il y a trois citernes à l’intérieur de l’édifice. A 60 mètres à l’ouest, une muraille gardait les approches...

Lire plus
Haut de page


11. Hadjar Theldj :

Hadjar Theldj

... Cet énorme bloc est le type des curiosités que constituent les rochers imposants communs à plus de trente positions à travers notre contrée. Il est situé à 968 m d’altitude, sur le plateau
de Khanguet Sabath, à 2 km environ à l’est de Ksar Takouk, « dominant un immense panorama formé de vallées et de collines » ( selon l’expression de l’annuaire archéologique de la province de Constantine de 1869 ) comportant, comme d’autres sites similaires du reste, des traces de fortifications et ayant « au-dessus, escalier taillé dans le roc, conduisant à une petite plate-forme où ont été creusés des bassins et une citerne...

Lire plus
Haut de page


12. Le bordj Selmane :

Le bordj Selmane

... La construction qui a exploité un emplacement antique a utilisé des pierres taillées sur place, sans pouvoir les achever en totalité. Du reste, les ruines romaines parsèment les alentours, y compris les plus immédiats. Déjà, à l’E.S.E, deux d’entre elles sont à peine à 800 m et 1600 respectivement. En outre, un centre agricole assez étendu est situé au pied des pentes d’un des contreforts N.O. du Baïbou. Des vestiges étendus, à caractère militaire...

Lire plus
Haut de page


13. Aïn Sefra :

Aïn Sefra

... L’aire boisée est dominée par le chêne-liège ( 20% ) dont la Maouna est l’une des régions de concentration, le second arbre étant le chêne zéen. Dans le SO, voisin des plateaux de Constantine, on trouve le pin d’Alep et le chêne vert.
Le chêne-liège s’accompagne d’espèces floristiques aussi nombreuses que diversifiées : pistachier, phyllaire, oléastre, lavande, bruyère, ciste, arbousier, calycotome, diss, asphodèle, clématite, chèvrefeuille. ...

Lire plus
Haut de page


14. La ruine du camp français :

La ruine du camp français

...Vestige de notre lutte armée, elle est installée sur la plus haute montagne, à une altitude à partir de laquelle on découvre, dans toutes les directions, l’ensemble des contrées, voire les plus lointaines…Le regard s’y étend, évidemment, jusqu’aux confins algéro-tunisiens, par temps clair, et embrasse, entre autres, la fumée d’El Hadjar à sa sortie des hauts fourneaux, pour en suivre les évolutions ascendantes à travers la troposphère. Ici, le promeneur se trouve, paradoxalement, sur ce grand visage, aux traits fins que dessine l’horizon à l’observateur méditant, de loin, le relief formé, précisément, par ces lieux et découvrant le profil d’une femme allongée...

Lire plus
Haut de page


15. Hammam Meskhoutine :

Cascade de Hammam Meskhoutine

... C’est une image majestueuse d’une cataracte pétrifiée. Elle éclipse les autres formations de même nature dont celle créée fortuitement dans la tranchée creusée, au 19e siècle, pour la construction du chemin de fer. La grande cascade est due aux griffons dont elle reçoit les eaux thermales. Elle constitue une merveille et occupe une surface presque verticale de trente mètres de hauteur au-dessus d’un tronçon de l’oued Chédakha, à son passage au bas du théâtre de plein air...

Lire plus
Haut de page

16. Le lac souterrain :

Le lac souterrain

... Se trouvant dans le travertin des eaux thermales de Meskhoutine, il provient d’un effondrement qui s’est produit au cours du 19e siècle ( en juillet 1878, plus précisément ), sur un cercle mesurant 30 m de diamètre, dans la voûte d’une des cavernes enveloppées par le sol qui résonne d’ailleurs sous les pas du promeneur. La crevasse, toutefois, ne contient que de l’eau froide ( à 21°) sur une superficie de 2.500 à 3.000 mètres carrés. L’entrée de la grotte est une cassure dans la falaise. Un escalier rudimentaire permet de descendre la pente conduisant à l’espace intérieur. Par des passages pouvant être glissants à certains endroits, on arrive jusqu’au niveau de l’eau...

Lire plus
Haut de page


17. Ghaar Djemaa :

Ghaar Djemaa

... L’immense caverne se trouve à 1.000 m d’altitude, ( le piton nord du djebel culminant à 1.208 m )
Son classement, avec d’autres grottes se trouvant dans le même massif, date de 1927.
Son occupation par les bêtes sauvages est attestée déjà par les 1.800 ossements fossiles qui en proviennent dès 1867 et dont certains appartiennent à une race d’ours remontant à 8.500 ans avant J.C.
Les hommes préhistoriques, également, l’habitèrent. Le crâne fortement concrétionné à caractère primitif trouvé dans un diverticule d’une des salles situées, naturellement, après celle de la descente en est une preuve. A l’époque romaine, sous les règnes de Caracalla et de Géta, elle devient le siège d’un culte ( se déroulant au printemps ) en l’honneur du dieu Bacax....

Lire plus
Haut de page


18. L’aven de Dar Béida :

... L’entrée de la grotte-aven de Dar Béida se trouve dans une fissure à environ 75 m à l’Est du bord supérieur de cette dernière falaise. Elle est relativement difficile à voir. Aussi a-t-on ...intérêt à se renseigner...»
« L’approche du matériel peut se faire par la maison forestière ou bien par le chemin de l’école. Dans les deux cas, il faut avoir des mulets à sa disposition pour le transporter au pied de la falaise d’où il est acheminé, à dos d’homme, jusqu’à l’aven. Les premières explorations ont mis en branle un matériel beaucoup trop considérable…Or, au bord du gouffre, il n’y a pas de surface libre pour l’établissement d’un camp »...

Lire plus
Haut de page


19. Barrage Bouhamdane :

Barrage Bouhamdane

... C’est une promenade agréable à faire. Pour s’y rendre, s’orienter à l’aide de la digue, visible de loin. Le parcours le plus fréquenté est celui qui emprunte l’ancienne route qui conduisait à ce qu’on appelait la gare de Taya et, par la suite, à la commune de Bouhamdane, avant l’immersion de sa partie supérieure. Il suffit, en fait, de rester sur la rive droite de l’oued, donc ne pas prendre la direction du pont ( qui est celle de Roknia )...

Lire plus
Haut de page

20. Autres grottes :

Autres grottes

... Les promenades, en spéléologie, sont innombrables.
Damous Essayd est une grotte qui s’ouvre dans le flanc sud du Djebel Débagh.
On y accède par le bourg d’Aïn Ragba, dont la route s’embranche sur celle de Roknia, à son endroit le plus haut, les constructions étant très visibles de loin.
La sortie peut être programmée pour effectuer une bonne marche à travers un relief accidenté et boisé...

Lire plus
Haut de page


21. Galeries hydrogéologiques :

... Les galeries se composent de deux tronçons d’un système hypogé dans une roche très sensible à l’érosion et à la dissolution, l’évaporite, séparés par des entonnoirs de dissolution ( à droite et à gauche de la route ). On distingue le réseau amont caractérisé par l’uniformité des dimensions et de la morphologie et le réseau aval, le plus important, comportant un parcours de plus de 2 km pour une dénivelée qui constitue le record mondial de profondeur dans le gypse...

Lire plus
Haut de page


22. Falaises :

Falaises

... Avec les ravins et les parois rocheuses, elles permettent, entre autres activités, celles du grimper et de l’alpinisme...

Lire plus
Haut de page


23. Les rochers imposants :

Les rochers imposants

... Ils constituent des curiosités que l’on rencontre, un peu partout, à travers le territoire de notre wilaya. Certains servent de jalons aux limites administratives. D’autres, comportent un témoignage. D’autres encore, nous transmettent des œuvres d’art rupestre. Des vestiges de défense subsistent sur un grand nombre d’ entre eux...

Lire plus
Haut de page


24. Les narcisses :

Narcisses

... Certaines promenades peuvent être l’occasion de cueillir les fleurs de saison.
Au 1er pont de la Seybouse sur la RN 20, pour la personne venant de Guelma, prendre le chemin qui passe sous le village SALAH SALAH Salah, sans entrer dans ses rues, pour gagner les hauteurs en direction d’un centre urbain glorifiant l’exploit de DAHMOUN Tahar et ses compagnons, via Béni ADDI ...

Lire plus
Haut de page

25. Parcours pittoresques et points de vue :

Parcours pittoresques

... pour compléter encore sa provision de belles images, le touriste pourra tirer profit de ses promenades dans les itinéraires indiqués ci-après...

Lire plus
Haut de page