Accueil > Séjour > Promenades > Ghaar Djemaa

17. Ghaar Djemaa

Comment s´y rendre ?
L´itinéraire commence par la RN 20, jusqu´au carrefour de Hammam Débagh. Par le CW 122 , traverser complètement, cette localité pour se diriger vers le pont sur l´oued Bouhamdane. Suivre, par la suite, la route conduisant au hameau de Mermoura et la quitter sur la droite avant d´arriver aux constructions. L´itinéraire se poursuit au pied du mont Mermoura qu´il contourne pour passer devant l´école primaire de Touifza. Il ne restera plus qu´à faire attention à prendre, quand une bifurcation se présentera, le chemin allant à gauche en direction de kef Taya.

Plan: Ghaar Djemaa

L´immense caverne se trouve à 1.000 m d´altitude, ( le piton nord du djebel culminant à 1.208 m )

Son classement, avec d´autres grottes se trouvant dans le même massif, date de 1927.

...1.800 ossements fossiles .... dont certains appartiennent à une race d´ours remontant à 8.500 ans avant J.C. ...

Ghaar Djemaa

Son occupation par les bêtes sauvages est attestée déjà par les 1.800 ossements fossiles qui en proviennent dès 1867 et dont certains appartiennent à une race d´ours remontant à 8.500 ans avant J.C. Les hommes préhistoriques, également, l´habitèrent. Le crâne fortement concrétionné à caractère primitif trouvé dans un diverticule d´une des salles situées, naturellement, après celle de la descente en est une preuve. A l´époque romaine, sous les règnes de Caracalla et de Géta, elle devient le siège d´un culte ( se déroulant au printemps ) en l´honneur du dieu Bacax. Elle n´eut plus d´écrits jusqu´au 19e siècle. Le premier texte dont nous avons pu prendre connaissance a été publié dans la revue archéologique de 1866.

... J´ai visité bien des cavernes. J´en ai parcouru d´immenses ; j´en ai vu d´imposantes, mais je dois avouer que je n´en connais pas qui m´aient autant impressionné que celle du Taya ...

Ghaar Djemaa

A cette date, certaines de ses parties sont parcourues notamment deux fois. A la première, prenait part une princesse ! L´année suivante, en mai, s´y intéressa le savant Bourguignat qui indique dans son histoire du djebel Taya paru en 1870 : J´ai visité bien des cavernes. J´en ai parcouru d´immenses ; j´en ai vu d´imposantes, mais je dois avouer que je n´en connais pas qui m´aient autant impressionné que celle du Taya .

En juillet, y eut lieu l´expédition Faidherbe-Rouvière. Des croquis intérieurs en sont relevés et des documents paléontologiques recueillis.

Une rapide exploration s´y passa en 1875.

Un plan sommaire en fut établi en 1884.

Ghaar Djemaa

Si le premier guide dont l´histoire et un puits intérieur ont retenu le nom est le caïd Mokhtar, que de braves Algériens demeurent inconnus ! Leur rôle, pourtant, fut toujours déterminant dans toutes les visites et tous les travaux.

L´une de ces personnes que la Providence dirigea sur les lieux, M. BAHRI Hadj Med, ne sera jamais oublié par la première équipe de l´Office de tourisme à laquelle il insuffla du courage quand il la trouva fort embarrassée par les embûches et traquenards du couloir d´entrée.

Au 20e siècle, après la 1e guerre mondiale, les zones connues de la grotte sont, pendant toute une semaine, l´objet d´une étude par un archéologue archiviste qui termine son travail par estimer la profondeur à 194 m et se résume en parlant des impressions grandioses que donne la grotte. Il conclut ainsi : Cette grotte gardera, à cause de ses dimensions, si elle est aménagée un jour, un caractère farouche . Pour lui, la visite durera six heures environ .

A partir de 1937, l´exploration du gouffre est reprise et de nouveaux prolongements sont découverts.

En 1941, découverte d´une nouvelle salle dont on remarquera, douze ans plus tard, un remaniement récent par effondrement de strates formant le plafond

En 1953, ré-exploration. Un nouveau plan et une nouvelle coupe sont dressés. L´étude précise que la cavité n´est pas terminée Des salles signalées, auparavant, n´ont pu être retrouvées, leur entrée ayant été, probablement, recouverte par des éboulis.

Ghaar Djemaa

En 1987, sur invitation de M. GASMI M.-L., le club de spéléo de Boufarik délègue cinq de ses membres dans le cadre d´une nouvelle étape de l´exploration et de la réflexion...Un groupe d´avant-garde de trois jeunes spéléologues visita la cavité de nuit pendant 5 heures. Ses premières impressions furent : Bon Dieu ! Que c´est vaste ! Il faut du temps et du personnel pour voir tous les coins et en faire la topographie .

... Que c´est vaste ! ...

Rappelons qu´en parlant d´un des endroits de l´anfractuosité, L. Rouyer, par exemple, écrivait : Il faut renoncer à peindre la magnificence de ce superbe vaisseau comparable aux plus beaux édifices du monde, orné de milliers de stalactites et stalagmites. Eclairée au magnésium, la salle de la Djemâa dépasse tout ce que l´art humain peut imaginer en matière de féerie .

Ghaar Djemaa

Un autre endroit est l´objet du dernier paragraphe de la description relevée dans la revue archéologique déjà citée et que voici : Dans le boudoir Gabrielle, la salle est demi-circulaire, longue de 20 à 30 m ; colonnades, mosaïques de cristal, fines arabesques, vasques transparentes, meubles de toutes formes incrustés de pierreries, tapis étincelants aux milles nuances orientales, suivantes accoudées sur la balustrade des portiques ; le dieu Bacax a prodigué à sa favorite, toutes les richesses de son royaume .

... la grotte du Taya est la plus belle de toute l´Afrique du nord ...

Nous laissons à un ancien ouvrage intitulé PHILIPPEVILLE et ses environs , l´entière responsabilité de son jugement exprimé ainsi : ...la grotte du Taya est la plus belle de toute l´Afrique du nord .

Avant la fin du siècle précédent, dans la page consacrée précisément à une excursion ayant eu pour destination la caverne en question, en juillet 93, et à laquelle il a pris part, sur invitation de M. GASMI M.-L., le correspondant du quotidien El Watan, M. A. BOUMAZA a décrit, par exemple, deux des endroits visités en ces termes :

Ghaar Djemaa

Cette salle retient, un moment, les deux cameramen qui s´en donnent à cœur joie, prenant sur la cassette de belles stalagmites et des draperies de calcaire. Ces dernières sont si bien sculptées qu´elles vous incitent à chaque fois, malgré vous, à les toucher pour vous assurer qu´elles ne sont pas taillées dans du velours ou du tissu pour le premier cas ; La dernière moitié est fabuleuse, en un mot, une splendeur! Des stalagmites qui brillent à la lumière et qui ruissellent d´eau, des stalagmites torsadées, comme si une main d´émérite sculpteur les avait travaillées. Mais, il est tant vrai que le meilleur sculpteur reste toujours la nature pour le 2e. Cette promenade est si importante qu´il a paru utile de lui consacrer autant d´espace, dans la présente rubrique, pour aider le visiteur désireux de la faire.

Ghaar Djemaa

L´O.T. de Guelma a mis, à la portée du public, avant la fin du siècle passé, les images magnifiques de stalactites et de stalagmites dont cette caverne regorge, grâce à des photos et à des diapositives inédites prises par nos soins - et aux premières et uniques cassettes vidéo enregistrées par la suite. En outre, Ghaar Djemaa a fait l´objet d´une présentation grâce à un dépliant que lui a consacré M. GASMI M.-L.

En matière d´études, cette curiosité n´a pas intéressé uniquement les spéléologues, mais également les épigraphistes en raison des dédicaces ( du 3e siècle ) au dieu Bacax au nombre de 82 et dont la 1e remonte à l´année précédant le court règne commun de Géta avec son frère Caracalla.

Néanmoins, le relief où s´est formée cette célèbre grotte en abrite bien d´autres comme celles du Kef et l´aven de Dar Béida, pour n´en citer que deux. La 1e est de proportions également grandioses et la seconde est plutôt de structure rude comme nous allons le constater.

M.-L. GASMI